The Mockinjay – Part 1

Il y a un an sortait le deuxième hopus de la saga Hunger Games, Catching Fire. Aujourd’hui, toujours au commande, Francis Lawrence nous livre la première partie du troisième volet de la trilogie.

434577

On avait quitté Katniss, sans Peeta, sur un lit d’hôpital, apprenant que son cher district 12 avait été détruit par le Capitole suite à sa sortie éclatante (elle a fait exploser les murs de l’arène). On la retrouve affaiblie et hantée par son geste, apeurée par les évènements et la disparition de son compagnon d’infortune. Katniss semble bien seule sans Peeta au début de ce volet.

« You will burn with us »

SS_D8-3267.dng La jeune femme n’a pourtant pas le temps de s’apitoyer sur son sort et celui de son bien-aimé. Katniss est le visage de la révolution et il est temps qu’elle rentre en scène. Nous découvrons une nouvelle figure d’autorité, la présidente du district 13, Coin. Si elle semble plus sympathique que le président Snow, l’ennemi numéro un, elle est toute aussi manipulatrice. Elle doit rallier Katniss à sa cause. Elle est le seule moyen d’accomplir son dessin contre le Capitole. A base de spot diffusés dans tous les districts, la présidente remet la révolte sur les rails grâce à la gagnante emblématique des 74ème Hunger Games qui redonne, étrangement, de l’espoir à la population par ces temps de guerre. Alors que Katniss se montre de plus en plus forte et volontaire pour porter la révolution, son alter-égo, prisonnier du Capitole se fait la voix du président Snow. Cette mise en scène doit affecter le geai moqueur, pour lui faire rendre les armes et cela marche presque. Katniss ferait n’importe quoi pour sauver Peeta.

Dans la peau du personnage

the_hunger_games_mockingjay_part_1_2014-wideSi le jeu d’actrice de Jennifer Lawrence n’est plus à prouver, c’est Josh Hutcherson et Liam Hemsworth qui s’illustrent dans leurs rôles de Peeta et Gale. Julianne Moore est bluffante dans la peau de la présidente Coin, ferme et froide. Elizabeth Banks et Woody Harrelson sont toujours aussi drôles en Effy et Haymitch, permettant au film, à l’ambiance plutôt pesante, de se relâcher. Grâce à ses personnages, l’auteur Suzanne Collins (puisque oui les Hunger Games sont des romans au départ, si certains ont encore un doute là-dessus), autorise le spectateur (ou lecteur) à rire dans un univers où rien ne porte à sourire. Et bien sur, Philip Seymour Hoffman fait un Plutarch fabuleux. Il nous manquera à l’écran.

Malgré une action peut-être peu présente, le film retrace très bien la première partie du troisième tome. Il nous permet de comprendre mieux la psychologie des personnages et ce qui entoure cette révolte. Bien sur, il manque des passages et certaines explications sur le district 13 me semblent moins claires à l’écran que sur papier. Mais on le sait, une adaptation n’est jamais aussi riche qu’un livre. (D’ailleurs, en le lisant je n’imaginais pas du tout le district 13 comme il est représenté). Hunger Games The Mockingjay (ou la révolte) reste un très bon film et il me tarde de voir l’épisode final, qui risque d’être explosif.

Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Bisous les petits loups ❤

Publicités

tell me what you think

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s