Two Doors Cinema Club

Il y a deux ans lorsque j’ai loupé Two Doors Cinema Club à Rock en Seine j’étais dégoutée. Vraiment ça me frustre de louper un groupe que j’adore. J’étais autant frustrée que les deux (et maintenant trois) fois où j’ai loupé Muse. Bref, il y a deux mois quand j’ai appris qu’ils passaient à Nantes, chez moi, j’ai sauté sur l’occasion. Hors de question que je les manque encore. No way. Bref, direction la fnac pour acheter les billets. Et hier c’était le jour J.

Après une bonne journée de cours, un petit concert avec la copine et la madre il n’y a rien de mieux. On arrive une petite heure avant le début du concert. Les portes ne sont pas ouvertes et on patiente dans le froid pendant une vingtaine de minutes. On entre dans la salle parmi les premiers, direction le premier rang. Moi et ma petite taille aimons bien être devant. Sinon on est écrabouillé dans la fosse et on y voit rien. Bref, on est super bien placé c’est top. La première partie arrive sur scène à 20h pile. Pas une minute de retard. Les irlandais de The Cast of Cheers sont ponctuels. Ils mettent le feu pendant les dix chansons de leur set. Je ne connaissais pas mais je suis ravie d’avoir découvert ce groupe. Ils envoient sur scène. Ils sont énergiques, leurs musiques sont rythmées à la fois punk, électro, indie-rock. Bref, ils mélangent les genres et ça rend parfaitement. Si vous êtes curieux d’écouter ce que ça donne, c’est par ici.

(sam, guitariste de TDCC)

Après trente minutes d’attente entre le changement de scène, la lumière s’éteint, les cris dans la salle se multiplient, l’excitation prend les corps. Le groupe rentre en scène avec Sleep Alone, une chanson de leur nouvel album. Et c’est partit pour une heure et quart de folie. Alex, le chanteur, parle peu entre les chansons. Tout s’enchaine très rapidement. Ils alternent entre les tubes du premier album tel Undercover Martyn, Do want it all ?  something good can work ou I can’t talk et les nouvelles comme Pyramid, Sun, Next year, Wake up ou The world is watching. Les minutes défilent sans que je n’ai le temps de m’en apercevoir, totalement emportée par la musique. Des ballons sont lâchés dans la salle et sont envoyés partout par les mains en l’air. Ils envahissent la scène et les garçons s’amusent avec. Ils resteront jusqu’à la fin du concert, Alex en éclatera deux avec sa guitare et Sam fera tomber son micro en essayant d’en renvoyer un.

(Alex et les ballons)

Après une quinzaine de chansons, les garçons sortent de scène avant de revenir, une bière à la main (ce sont des Irlandais ne l’oublions pas) pour trois nouvelles chansons, Some Day, Come back home et la mythique What you Know. Le concert se termine. Je réussis à récupérer la setlist (j’en fait la collection, oui c’est étrange je vous l’accorde). J’en ressort le sourire aux lèvres, les oreilles qui bourdonnent et les jambes en compote d’avoir trop sauté. Mais c’était fantastique et je voudrais le vivre encore, encore et encore. Les concerts sont ma putain de drogue.

Publicités

tell me what you think

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s